Vos témoignages et condoléances

Pour envoyer un message de condoléances ou un témoignage, faire un mail à cette adresse:
jpm@andre-verchuren.com

 

Mon dernier souvenir avec André,
Le mercredi 30 janvier 2013, j'ai eu le grand bonheur d'être invité à dîner chez André,  à Chantilly grâce à Louisette et ce, en compagnie de mon épouse Marie-Claire et d'un grand ami Bernard Carrier et nous avons passé une soirée délicieuse. Tout d'abord à notre arrivée, étaient présents André Verchuren Junior, son épouse Françoise et leur fille Audrey. André, avec un grand sourire, fut heureux de nous voir arriver.  Nous fumes accueillis par la Maîtresse de Maison.
Nous avons bien discuté avec André, après l'apéritif, nous sommes passés à table, avec le privilège pour Bernard  et moi d'être placés respectivement à la droite et à gauche du  Maître.
L'ambiance fut de bon aloi et après le repas Louisette a prié notre Ami André de bien vouloir nous régaler de quelques airs d'accordéon. Il ne se fit pas prier et nous avons eu droit à un concert de deux heures.
On a même chanté avec lui, il était heureux..

J'ai demandé la permission ensuite à Louisette de voir tous les anciens accordéons d'André et nous avons pu les revoir tous, donc celui avec lequel il fit l'Olympia en 1956 et un certain nombre de Maugein  qui sont toujours présents bien à leur place, accordéons qui ont fait le grand succès mérité de notre ami.

Après cette superbe soirée, j'ai remercié Louisette de son chaleureux accueil et de  sa gentillesse. Je puis vous dire que notre Dédé était des plus choyé, et qu'il allait parfaitement bien. Un grand bonheur ayant traversé cette soirée mon épouse et pour moi nous primes congé vers 3H30 du matin heureux.

Nous le remercions encore pour toutes ces années passées au service de la musique et de la danse.

Encore un grand merci à Louisette de cette invitation et de son accueil.

Avec ma sincérité et mon admiration pour notre roi de l'accordéon, maintenant on pourrait même dire l'Empereur de l'accordéon, il est notre doyen...

Merci André et merci à Louisette encore une fois...

 

 

De : Annette VAQUE

vous présente ses condoléances attristées lors du décès d'André.
J'ai appris cela par le journal. Cela me fait beaucoup de chagrin.
Cela fait à eu près 50 ans que je le connais bien.
Recevez mes amitiés malgré qu'il nous manque.
Annette VAQUé
 

HOMMAGE A ANDRE

Au petit bal à Verchu
Pas d’Artiste disparu
Pas de bal perdu
Des souvenirs, du vécu
Et des couples qui valsent
Qui dansent et s’enlacent
Et des couples qui valsent
Qui dansent et s’embrassent …

Quand Dédé faisait Valser
C’est ma belle que je faisais tourner
Quand Dédé faisait Guincher
C’est la France qu’on voyait danser

L’accordéon d’André
Fait toujours danser
L’instrument rangé,
Ses doigts continuent à jouer
Et la musique résonne encore
Pour un Tango corps à corps
Un Paso de Toréador
Ou une bourrée du nord…

© Denis CHOUBRAC 15 JUILLET 2013 – Reproduction interdite sans autorisation

De : Gilles Maziere

Quelle émotion  le coeur serré mais aussi quel réconfort de lire ces lignes, toutes ces pages, ces récits sur le site géré par Jean-Pierre Marie  qui permettent de découvrir LES  MOTS JUSTES DE CEUX QUI ONT SU SI BIEN EXPRIMER CE QUE NOUS AVONS  VECU GRACE A ANDRE.
Soyez remerciés pour cette authenticité, pour cet hommage magnifique qu'il mérite tant. Citons seulement quelques noms car ils sont trop nombreux: Robert BRILLAUD, Caroline LINANT, Michel COLIN, Sylvie PULLES et son joli poême...Alors merci également à tous ceux qui ont dit d'autres choses bien intéressantes.
Quel bonheur encore de lire d'autre part le témoignage des  excellents musiciens qu'il avait choisis et qui ont eu l'honneur de l'accompagner de longues années dans cette aventure extraordinaire: ERALDO, le trombone animateur si doué pour nous amuser, ROBERT, guitariste au fameux professionnalisme (et qui ne  ne l'a jamais abandonné), ARABELLE, sa chanteuse  d'après les années 60...Et surtout  n'oublions pas ceux qui nous ont quittés: Llaurens avec sa voix de velours, interprète de ses tangos devenus des classiques et bien d'autres musiciens méritants qui ont tout donné, galvanisés par la fougue d'un  chef d'orchestre de génie...Heureusement, ils  restent  vivants dans de précieux enregistrements.
Espérons que la télévision française saura nous offrir la soirée que mérite ce monument de la musique populaire de la France. C'est son devoir. Nous ne  pourrions  pas comprendre  qu'on ne présente pas comme il se doit cette richesse indissociable de l'identité de notre pays.
Enfin ne serait-ce pas le moment de promouvoir l'oeuvre de ce célèbre orchestre de danse en mieux faisant connaître ce DVD culte qui  résume bien cette immense carrière:  "Les grands bals de France"?

De : Gilles Maziere

Ainsi le 10 juillet 2013 aura été le jour tant redouté. Cette extraordinaire histoire avec son accordéon avait commencé pour moi dès mon          enfance à l'écoute de Radio-Luxembourg, il y a ...quelques soixante ans! J'étais devenu  fan et naturellement est arrivé un autre évènement : la découverte d'une soirée dansante le 23 oct. 1960 _ une date mémorable pour  un adolescent qui ne pourra jamais l'oublier.
Depuis je l'ai retrouvé près de 50 fois ... Récemment (en 2011), j'ai encore eu la chance de le voir 3 fois et ce sera les dernières.
Quand je lui ai dit que je ne le remercierai jamais assez pour le rêve et le bonheur qu'il avait apporté dans ma vie , touché, il me répondit avec gravité qu'il y aurait une fin. Souvenir bouleversant...
La  France a perdu l'accordéoniste au talent et au dynamisme  incomparables, le maître des bals populaires qui a dominé la deuxième moitié du 20 e siècle.  Que de moments merveilleux  vécus grâce  à cet artiste hors du commun qui ne faisait qu'un avec son instrument! Quiconque l'a connu avec son orchestre d'une dizaine de muciciens comprendra...
Quelle tristesse de penser que je ne verrai plus cette fascinante silhouette au centre de la scène... Il reste encore beaucoup à faire pour mieux  faire connaître son oeuvre et lui rendre hommage. Je suis prêt à y contribuer.
 

De : Guy TILLIEUX

Nous présentons à la famille et à la compagne de Monsieur André Verchuren
nos plus sincères condoléances.
J'ai eu la chance de me produire sur scène avec lui.
J'ai le souvenir à chaque fois d'un grand homme simple et plein de gentillesse.
Il nous manquera c'est certain. Il est sûrement au paradis des accordéonistes.
Nous partageons votre peine et sommes de tout coeur avec vous.
Guy et Viviane Tillieux

 

De : David Loramanon

Je garde au fond de moi les exellents souvenirs des tournées que j'ai fais avec André.
Je n'ai malheureusement pas pu être présent pour lui dire au revoir et je pense que chacun et chacune ont pu lui rendre un grand hommage, celui que l'on rends pour un GRAND MONSIEUR.
Je n'ai pas de photos de l'orchestre à te donner puisque j'en ai aucune (si tu en as je veux bien car c'est important pour moi)
J'espère que tu vas bien et que tu garde le moral.
Je t'embrasse
Musicalement
David Levasseur( batteur)

 

Témoignages reçus par la revue "Accordéons"

André était surtout un ami. J’ai été sa chanteuse pendant plus de vingt-cinq ans avec bonheur. Il aimait le travail bien fait, moi aussi. On se comprenait et je n’ai jamais regretté d’être la chanteuse de son orchestre. Nous avions une certaine complicité et beaucoup de plaisir à travailler ensemble. Dorénavant, je chanterai en souvenir de lui Le p’tit brin de musette qu’il avait composé pour moi.

Arabelle

(chanteuse d’André Verchuren pendant de nombreuses années)

 

Verchuren : plus qu’un nom, un symbole, un emblème, une image, une légende. Verchuren = accordéon. Interrogez des personnes qui ne s’intéressent pas à cet instrument, mieux, qui l’ignorent. Demandez-leur un nom d’accordéoniste. Elles vous répondront à tous les coups : « Verchuren. » Jouait-il mieux que les autres ? Était-il plus grand ? Plus beau ? La question n’est pas là, la réponse est ailleurs : par son style, sa personnalité, son charisme, il a séduit le plus grand nombre de gens. Il ne se servait pas que de ses mains, il fonctionnait avec ses tripes. Il avait quelque chose que les autres n’ont pas. C’est inné, fondamental chez lui. Il est né avec un don, une vocatin : il serait l’icône de l’accordéon. Plus qu’un accordéoniste, c’était un homme de spectacle, une bête de scène, un chef d’entreprise de divertissement. Avec lui, tout le monde en avait por son compte. On en prenait plein les gambettes, les yeux et les oreilles. Car il ne se contentait pas de faire danser. Il dirigeait un véritable ensemble de spectacle et ça tournait rond car le chef n’aurait pas toléré la médiocrité. Il avait le sens de la scène, l’art de chauffer le public. C’était aussi un homme de radio. Autrefois sur Radio-Luxembourg puis à Europe 1. Entre le public et lui, le courant passait à haute fréquence. Il était orfèvre en communication 70 millions de disques vendus ! Sans doute plus si l’on comptabilise les nombreuses rééditions opérées par plein de labels avec ses enregistrements relevant du Domaine public et dont lui-même était ignorant. L’accordéoniste qui en vendra la moitié n’est pas né. Contrairement à certains, il ne sera pas plus grand mort que vivant car il est entré dans la légende durant sa carrière. Il a intégré le Patrimoine. Il était jalousé par certains, comme souvent quand on est au-dessus du lot, mais admiré par l’immense majorité. Outre ses prédispositins de musicien et de meneur d’hommes et de carrière, ce qui aura contribué aussi largement à son aura est son parcours d’homme. Il a connu la gloire mais aussi vécu des épreuves : le Train de la Mort, Dachau, un accident de voiture où sa femme périt. Il fut un grand résistant et, quels que soient les circonstances, ne s’avoua jamais vaincu. C’était un bosseur, un passionné mais aussi un fonceur, un innovateur, un précurseur. Le roi Verchu n’est plus mais son souvenir ne nous quittera plus. Il n’aura laissé personne indifférent, même les plus récalcitrants, car il avait dépassé l’admiration. Désormais, le voilà parmi d’autres géants au paradis des artistes.

Merci André. Nous sommes gagnés par l’émotion mais nous refusons d’être tristes : vous êtes parti entouré d’amis. Et nous autres avons eu la chance de faire partie des générations qui ont connu le géantde la musique populaire, le n°1 de l’accordéon.

Robert Brillaud

N.B. : étrange coïncidence, le journaliste-chroniqueur hippique André Théron — qui écrivit avec Jean Barial l’ouvrage “Les rois de l’accordéon” en 1968 — est décédé le même jour que Verchuren, à Paris à 87 ans.

 

J’ai eu la chance de le rencontrer à l’occasion de différents galas, entre autres à Tavernes , Nice ou Toulon. Son amour de l’accordéon apparaissait toujours quand il était sur scène. Sa gentillesse était telle qu’il était même venu enregistrer une émission pour une chaîne régionale parisienne, et ce sans poser de question sur la portée de cette chaîne. Seulement pour l’amour de son instrument. Talentueux, humble, professionnel. Que dire de plus sur cet homme qui nous manquera et que ne pourrons oublier ? Remettons tous Les fiancés d’Auvergne dans nos répertoires : ce sera un moyen de lui rendre hommage à chaque prestation.

Jacques Arnould

 

Un très grand monsieur s'en est allé. Il n'était pas éternel, mais sa musique restera toujours car elle, heureusement, est éternelle. Merci, très cher André, pour le bonheur que vous nous avez toujours donné.'

Bernard Carrier

(ami d’André Verchuren, spectateur fidèle de ses prestations)

 

L'accordéoneu s'en est allé. L'interprète des Fiancés d'Auvergne à tiré sa révérence à 92 ans, après avoir mené le bal jusqu'au bout de sa vie. « Les bals, la musique, la route, c'est ma drogue à moi », disait-il. C'est un peu un bout d'une France d'un autre temps, d'un autre siècle qui part avec lui, celle des grands bals populaires, des fêtes nationales qui rassemblaient des milliers de personnes, par ses galas. Il a formé des couples, il aura composé un millier de chanson. C'était une bête de scène. Il restera à jamais le maître incontesté de l'accordéon. Il a rejoint Aimable et bien d'autres là-haut, au paradis des musiciens. Ils ne vont pas s'ennuyer, ça va guincher. Au revoir Dédé la romance, l'artiste, l'ami. Tu vas beaucoup nous manquer. Tu as quitté ton cher pays mais tu as laissé ton coeur… Maintenant, tu es entré dans la légende du piano à bretelle. Je ne t'oublierai jamais. Maintenant, il me reste à pleurer, pleurer, pleurer… Salut mon Dédé.

Michel Colin

 

Je connais André Verchuren depuis de nombreuses années. J'ai travaillé avec lui. J'ai donc eu l'occasion de le côtoyer à de multiples occasions tant professionnelles que privées. Ce fut toujours des moments de plaisir. Notre dernière rencontre, il y a un mois à peine, était une soirée de pur bonheur. De ce monstre sacré, je garde l'image et le souvenir d'un homme courageux et attachant, parfois exigeant avec les autres mais il l'était tant avec lui même. La musique et l'accordéon perdent un grand serviteur. Le public perd celui qui restera à jamais le roi du bal populaire. Ses amis et accordéonistes perdent un maître et un modèle.

Daniel Dolley

 

J'ai eu le cœur plus que serré à l'annonce du départ de notre ami André. Car ce jour-là était le jour de l'anniversaire de ma mère à qui j'avais porté des fleurs le matin sur sa tombe. Le soir même, j'apprends cette nouvelle qui m'a bouleversée, comme tous les fans et amis d'André. J'ai eu la chance de pouvoir passer une bonne soirée en sa compagnie en février dernier grâce à Louisette qui a bien voulu nous recevoir, Nicolas et moi. Je ne l'en remercierai jamais assez. Je n'ai pas eu la possibilité de venir aux obsèques, ce qui m'a profondément contrariée. J'ai pensé à lui toute la journée ainsi qu'à Louisette, Junior et Harry. J'ai eu Louisette et Junior au téléphone le lendemain du décès mais je leur renouvelle mes très sincères condoléances. Voici un petit poème que j'avais écris le 15 août 1990 et qui me semble adapté à la circonstance :

« Des années ont passé depuis ce premier soir
Où pour la première fois j'ai pu enfin le voir.
Il était tout près et j'étais très émue.
Je l'admirais déjà, sans jamais l'avoir vu.

Voilà déjà quinze ans, et je le vois encore.
Jamais une passion ne m'a tenue si fort.
Je la dois avant tout à son accordéon
Créateur entre nous d'une tendre affection.

Aujourd'hui je mesure le chemin parcouru;
On me l'aurait prédit, je n'y aurais pas cru.
Je n'aurais pas songé le voir autant de fois.
Le destin l'a permis et m'a comblée de joie.

J'espère en profiter encore quelques années,
Car, que deviendrons nous sans notre ami André ?
Il faudrait qu'une fée nous le rende immortel
Pour qu'il joue à jamais du piano à bretelles. »
Annie Drevet
(grande fan et amie de la famille Verchuren)

 

André vient de disparaître. Personne ne le remplacera ! J’ai eu la chance de le côtoyer pendant plus de trente ans. Et je veux rendre hommage à ses qualités tant humaines que professionnelles. D’abord, il a innové en changeant totalement le style scénique des accordéonistes. Il a animé avec un dynamisme toujours plus énergique les bals et galas. Il a inspiré l’enthousiasme de spectateurs de plus en plus nombreux et suscité l’admiration de tous ses fans. Ensuite, il s’est entouré d’une solide équipe de musiciens, chanteurs, animateurs et techniciens qu’il a embarquée avec lui, dans un tourbillon de joie. C’est le souvenir principal de cette période de ma vie : beaucoup de joie, à être sur scène.

Responsable de l’animation, il m’a donné carte blanche et m’a toujours suivi pour le déroulement des spectacles. Dans le privé, il n’était pas toujours facile mais fidèle à sa parole et à l’amitié, aimant être respecté mais respectant les autres. Difficile en quelques lignes d’évoquer 3 décennies, les souvenirs sont trop nombreux.

Eraldo

(animateur, pianiste, trombone de l’orchestre d’André Verchuren)

 

Je me souviens, c’était en février 2001 à Le Portel, dans le Pas-de-Calais, au cours d’un thé dansant, André était avec son super orchestre, toujours d’une simplicité exemplaire et d’un courage extraordinaire sur scène. L’ami, repose au paradis des artistes comme tu le mérites. Je ne t’oublierai jamais.

Jean Harduin

 

Contre toute attente, et au risque de décevoir, j'avoue : ce n'est pas l'accordéon qui m'a poussé à consacrer un documentaire à André Verchuren. C'est l'homme qui m'intéressait. Ai-je répondu à l'attente de ses très nombreux amis ? Sans doute. Car il semble bien que mon initiative ait eu la faveur de révéler à un certain nombre de ses sujets qui était vraiment leur Roi.

Pour ma part, je garde d'André le souvenir d'un homme - un vrai - à jamais blessé, toute sa vie « aux bons soins » de son piano à bretelles. Un marchand de bonheur qui s'étourdissait à faire valser les autres. Des millions d'autres, dont les visages s'illuminaient dès qu'il apparaissait. Comme lorsque perce le soleil au terme d'un printemps nuageux. Ces autres, dont il accompagna jusqu'à son dernier souffle la joie de vivre à bout de bras et vers lesquels il tendit si souvent son accordéon. Comme une offrande. Une preuve d'amour.

J'ose un souvenir personnel. Tandis qu'un jour, pour les besoins du tournage, il me jouait Tristesse, de Chopin, j'ai commis le sacrilège d'imaginer André sans son accordéon. Il m'est alors apparu tel qu'il était : les bras grands ouverts. Comme pour dire aux autres : « Je vous aime. » Tout s'éclaira alors et je compris pourquoi, alors qu'il s'adressait à tous, André donnait l'impression de ne jouer que pour vous.

J'ai perdu Verchu. Me reste André. Nous n'étions point intimes et pourtant, je l'aimais. Pour sa fidélité et pour sa générosité. La générosité d'André, c'était en quelque sorte son costume de scène. Elle transpirait tellement qu'on s'y laissait prendre, comme l'insecte se laisse capturer par la jolie plante carnivore. Hypnotisés que nous étions par l'amour qui émanait de lui. Et aussitôt emprisonnés.

Je reverrai toujours ses yeux qui s'humidifiaient aux souvenirs cuisants des moments difficiles et qui étincelaient lorsqu'il évoquait son extraordinaire réussite. Oui, j'entendrai souvent battre le cœur du roi de l'accordéon. Le roi est mort, alors, vive le roi ! Et je me dis que, décidément, le sous-titre de mon documentaire, « L'amour jusqu'au bout des doigts », était vraiment bien choisi.

Armand Isnard

(réalisateur du documentaire « L’amour jusqu’au bout des doigts » consacré à André Verchuren, paru en DVD en 2007)

 

Eh oui ! Mon cher et vieux complice est parti… Que de bons moments passés (malgré quelques petits orages insignifiants). 31 ans de complicité, d’amour de la musique, d’anecdotes. IL m’a adopté dès notre première rencontre. Il me disait souvent : « Tu es comme mon petit frère. » André, tu resteras toujours gravé dans ma mémoire. Adieu, mon ami, que Dieu te garde. Repose en paix. Ton dévoué compagnon,

Robert Laffont

(guitariste de l’orchestre d’André Verchuren)

 

André Verchuren était le patriarche de biens des générations. Quelques notes de musette, et son nom vient tout juste s’insuffler comme une évidence, à l’oreille puis sur les lèvres de tout danseur. André Verchuren, le chatouilleur de boutons. L’artiste vedette aura su rester sur le devant de la scène durant plus de soixante ans. Car chacune de ses apparitions faisait lever les foules. Qui ne se souvient de cet amas de fans (de tous âges) devant la scène, dès que retentissait l’annonce de son arrivée sur les planches ? Les fiancés d’Auvergne, J’ai d’la valse dans ma musette, Au plaisir des bois, Sur un doigt, Le p’tit chapeau tyrolien, Le chouchou de mon cœur, On va faire la java, Le chant des clochettes, Valse d’amour et son hommage au passé (Tristesse). Racontant quelques anecdotes ou des souvenirs de guerre, André était perfectionniste. Insatiable amoureux des planches et de son public, il se révélait et d’une éternelle jeunesse. Sur scène, il savait s’adonner. André faisait vibrer. Chaque génération s’en rappellera. C’était bien plus qu’un bal, c’était aussi du spectacle. De l’après-guerre, avec son lot de réjouissances, au bal music-hall avec le grand orchestre et ses choristes, des fantaisies populaires avec les danseuses dans les années 1990 et 2000, à la télévision ou à la radio, avec classe et toujours impeccable, son show était harmonisé avec minutie. Un souvenir d’enfance marquant : voir ce géant en scène lever avec puissance son accordéon, bien haut, au-dessus de sa tête et interpréter Blaze Away. Au fil des époques, il savait rebondir et s’adapter. Il avait l’expérience. En précurseur, il veillait toujours à la qualité et au prestige de ses prestations. C’était un artiste énergique, unique et sincère. Côtoyant les grands de ce monde, politiques ou artistes, l’homme avait la fierté d’un passé héroïque. Pourtant, humble, André savait accorder à chacun un moment de partage : conseils aux accordéonistes, sourires aux danseurs, plaisanteries et cœur pour les amis. En fin de bal, la valse des dédicaces était souvent interminable mais le musicien aimait cette rencontre et donnait de son temps. Si l’un ramenait le 45 tours d’il y a cinquante ans, le plus jeune venait aussi chercher la signature du “Roi de l’accordéon”. La main levée ou sur le clavier, le regard sincère, André Verchuren aimait les gens. Des bals en pleine campagne aux artifices de la défense, avec son grand orchestre, ses fils et l’éternel Robert Laffont, l’homme aux doigts d’or a offert les plus belles pages de sa vie à son public. Un modèle pour certains, une idole pour d’autres, il nous restera l’honneur de l’avoir connu et d’avoir partagé des minutes inoubliables. Merci André.

Caroline Linant

 

J'ai eu l'immense privilège de connaître monsieur André Verchuren il y a une trentaine d'années, voire avant, au début de ma carrière. Je l’ai côtoyé régulièrement dans les galas dans lesquels j'étais engagé, sur les plateaux de télévision, dans les radios où nous passions à l'antenne ensemble. Je garde une souvenir inoubliable de ce très grand monsieur de l'accordéon, le plus grand, le plus connu, avec un immense talent et d'une grande simplicité. Quelle carrière, quelle discographie ! Le seul accordéoniste à pouvoir tenir des heures et des heures de galas rien qu'avec ses compositions connues. Imaginez la grandeur de cet homme qui est une star mondiale de l'accordéon,

André Verchuren est venu chez moi à la maison saluer ma maman (décédée en juin 2005). Ils avaient le même âge. Il était le seul accordéoniste français (d'origine belge) à être venu le plus en Belgique en galas, attirant une foule immense. Nous avons  connu cette époque où il avait un semi-remorque complet de matériel, un autocar avec remorque plus d'autres véhicules avec son nom en très grand. C'était impressionnant. Il est même venu en 2005 à Spy, près de chez moi, en spectacle un mois durant tous les jours : que du bonheur, il m'a demandé de jouer quelques morceaux avec lui et son fils André Junior. Nous avons beaucoup parlé, joué, fait de bon repas, etc.

Un de ses plus grands amis également et supporter depuis cinquante-trois ans, Hervé Ranwez à Vergnies, l'a fait venir des dizaines de fois. C'était à chaque fois la cohue complète, Hervé et son équipe étaient obligés de de refuser du monde. 

André Verchuren et moi-même étions de très grands amis. J'ai écouté ses conseils, de même que ceux de mon « père spirituel », monsieur Edouard Duleu, qui m'ont été d'une aide précieuse que je mets toujours en pratique.

J'ai eu le privilège d'aller manger et loger chez André les 26 et 27 mai 2013. Nous avons bien entendu parlé d'accordéon et joué ensemble. C'était un bonheur immense pour moi et aussi pour lui car il aimait l'amitié, c'était un homme de coeur. André était très bien, certes usé par les années et par cette carrière où il a donné en permanence le meilleur de lui-même, ne s'accordant aucun répit pour satisfaire son public. Un peu trop, je pense. Mais c'était ainsi et pas autrement, toujours prêt à en faire plus. André était fatigué. Le fait d'avoir dû arrêter les galas le rendait triste. Il n'attendait qu'une chose, voir ses amis venir le saluer et là, il avait le moral. Au Zénith, il était heureux, prendre son accordéon et jouer pour eux, c'était le top.

J'ai bien entendu eu la joie également de rencontrer Louisette son épouse ainsi que ses deux fils, Harry Williams et André Junior avec qui je suis aussi devenu amis. André Junior et moi-même avons le même âge. Je leur présente ainsi qu'à leur famille mes plus sincères condoléances. Et à toi, mon grand ami André, repose en paix, retrouve là-haut tous tes amis fidèles qui s'y trouvent déjà. Fais danser les anges. Quant à moi, il arrivera bien un jour où j'arriverai aussi au paradis des artistes. Je sais que tu seras présent pour me recevoir en compagnie de tous nos amis communs. A plus tard mon ami Dédé, mon « compatriote », comme tu m'as surnommé avec ton immense gentillesse. Avec mes sentiments les plus respectueux.

André Loppe

 

André Verchuren, c'est l'accordéoniste, le compositeur, l'homme généreu. André, c'est beaucoup de choses pour moi. À 10 ans, il m'a donné envie de pratiquer l’instrument lorsque j'écoutais en boucle les 33 tours de mes parents en prenant un coussin de la banquette pour faire semblant de jouer de l'accordéon. À 15 ans, je le rencontre pour la première fois à Pontarlier à l'occasion d'un thé dansant. Il me fait monter sur scène avec son fils André Junior et nous jouons Un p’tit brin d’musette tous les trois. A mon tour, je joue dans les galas avec les Félés de l'Accordéon sous l'égide de Claude Geney, puis avec les Petits Prodiges et Génération 2000 de Maurice Larcange, et dans ces galas, je croise André. Sa femme Louisette est toujours là dans son beau manteau de fourrure, douce et gentille. Comme il sait si bien le faire, André me raconte mille anecdotes. Lors d'un gala à Crans-Montana, nous jouons ensemble Les fiancés d’Auvergne dans un parc pour la télévision suisse. A ma gauche il y a André, à ma droite il y a Louis Corchia puis Aimable, et tout le monde connaît le morceau, bien sûr ! C'est le grand succès d’André. Qui ne connaît pas ce tube ?

En 1998, par téléphone, nous évoquons l'idée de composer un morceau ensemble. Je lui envoie une idée mais pas assez musette à son goût. Finalement, c'est Jean Corti qui le signa avec moi. Et qui l'enregistrera avec Christian Escoudé sous le titre Si Versailles m’était conté dans son bel album “Couka” (2001).

En 2013, Louisette et André nous invite, Baptiste (l’un de mes élèves) et moi à Chantilly durant un week-end complet. Nous avons joué tous les succès d’André jusqu’à 4 heures du matin. Et il m’a donné de précieux conseils sur la façon de jouer ses morceaux. Quel bonheur ce fut ! La générosité, la gentillesse, les anecdotes, toutes les qualités que André a eu toute sa vie sont intactes. Mais ce n'est pas tout : à 92 ans, sa virtuosité est toujours là. C'est bien lui, le roi de l'accordéon. Merci André pour ce que tu m'as apporté et tout ce que tu as apporté à des millions de personnes. Tu es éternel.

Manu Maugain

 

C’est avec beaucoup de peine que j’ai appris le décès soudain d’André Verchuren. Je partage votre douleur. Je vous présente mes condoléances et ma sympathie que je vous prie de transmettre à toute sa famille.

Émile Péquignet

 

Il m'avait surnommée « la reine d'Auvergne » au Zénith de Paris. Ce jour-là , je rencontrais mes deux idoles : Yvette Horner et André Verchuren, qui allait devenir mon parrain. Depuis longtemps , André me faisait part de son désir de venir jouer en Aveyron . En 2006, pour mes 34 ans , notre souhait se réalisa . À son arrivée , il m'explique qu'il avait deux côtes fêlées suite à une mauvaise chute mais pas question d'annuler cette prestation qu'il attendait tant. Après un show extraordinaire de plus de deux heures, il rejoint sa loge pour se changer et quitter ses chaussures qui lui faisait très mal. Je fais alors part à sa compagne de mon intention de faire le final avec André. Elle me répond : « Une fois qu'il est changé, il ne veut plus revenir sur scène. » Arrive l'heure du final et là, je vois arriver Dédé, en pantoufles, qui vient jouer avec moi ! Le bal s'est prolongé d'une heure. Il a même joué La Marseillaise et Le chant des partisan. Louisette me dit alors : « C'est incroyable , il n'a jamais fait ça. Il faut vraiment qu'il t'aime beaucoup ! »

Sylvie Pullès

 

De : Armand ISNARD

Sur un air de tristesse

Contre toute attente, et au risque de décevoir, j'avoue: Ce n'est pas l'accordéon qui m'a poussé à consacrer un documentaire à André Verchuren. C'est l'homme qui m'intéressait. Ai-je répondu à l'attente de ses très nombreux amis ? Sans doute, puisqu'il semble bien que mon initiative ait eu la faveur de révéler à un certain nombre de ses sujets qui était vraiment leur Roi.

Pour ma part, je garde d'André le souvenir d'un homme - un vrai - à jamais blessé, toute sa vie « aux bons soins » de son « piano à bretelles ». Un marchand de bonheur qui s'étourdissait à faire valser les autres. Des millions d'autres, dont les visages s'illuminaient dès qu'il apparaissait. Comme lorsque perce le soleil au terme d'un printemps nuageux. Ces autres, dont il accompagna jusqu'à son dernier souffle la joie de vivre à bout de bras et vers lesquels il tendit si souvent son accordéon. Comme une offrande. Une preuve d'amour.

J'ose un souvenir personnel. Tandis qu'un jour, pour les besoins du tournage, il me jouait Tristesse, de Chopin, j'ai commis le sacrilège d'imaginer André sans son accordéon. Il m'est alors apparu tel qu'il était : les bras grands ouverts. Comme pour dire aux autres : Je vous aime. Tout s'éclaira alors et je compris pourquoi, alors qu'il s'adressait à tous, André donnait l'impression de ne jouer que pour vous.

J'ai perdu Verchu. Me reste André. Nous n'étions point intimes et pourtant, je l'aimais. Pour sa fidélité et pour sa générosité. La générosité d'André, c'était en quelque sorte son costume de scène. Elle transpirait tellement qu'on s'y laissait prendre, comme l'insecte se laisse capturer par la jolie plante carnivore. Hypnotisés que nous étions par l'amour qui émanait de lui. Et aussitôt emprisonnés.

Je reverrai toujours ses yeux qui s'humidifiaient aux souvenirs cuisants des moments difficiles et qui étincelaient lorsqu'il évoquait son extraordinaire réussite. Oui, j'entendrai souvent battre le cœur du roi de l'accordéon. Le roi est mort, alors, vive le roi ! Et je me dis que, décidément, le sous-titre de mon documentaire, « L'amour jusqu'au bout des doigts » était vraiment bien choisi.

 

De : JOSEPH GOY

Bonsoir JEAN-PIERRE,

Sauf erreur de ma part nous avons le même âge (je suis né le 28 Septembre 1950).

Tout d'abord j'espère que vos ennuis de santé sont derrière vous...

J'étais présent à Chantilly pour les obsèques d'André VERCHUREN en compagnie de mon épouse et de notre fils.

Nous habitons Saint Christo en Jarez, un village de la LOIRE près de ST ETIENNE.

Quelque chose me disait depuis le 10 Juillet que je devais aller Lui rendre hommage.

Je l'ai vu sur scène 2 fois seulement mais à chaque animation c'était du grand spectacle.

Il était accompagné de musiciens, chanteurs et danseuses très talentueux.

Je garde en mémoire la voix charmeuse de LAURENS.

Tous les accordéonistes, du plus "petit" au plus "grand" doivent lui rendre hommage.

Qui n'a pas joué une fois dans sa vie: EN AMATEUR - TAGADA PAN PAN

FAUT VIDER TON VERRE - TROMPETTE MUSETTE... ???

J’aimerais souligner l’élégance du personnage : toujours tiré à quatre épingles.

Il faut reconnaître aussi que c’était un bel homme, qu’il en jetait un « max »!

Il est triste de voir partir les gens qu’on a aimés ou idolâtrés mais la roue tourne inexorablement et pour combler le vide de sa disparition, rappelons-nous qu’André VERCHUREN a laissé des documents qui traverseront les années et pourquoi pas les siècles afin que le monde continue à produire des fiancés, qu’ils soient d’Auvergne ou d’ailleurs pour se faire « Un tout petit bisou » et pour se répéter à l’infini « Tu es le chou chou de mon coeur!!! »

Je présente une nouvelle fois mes sincères condoléances à la famille VERCHUREN et vous adresse mes plus vifs remerciements pour la façon dont vous perpétuez, à travers votre site, la mémoire d’un homme exceptionnel.

 

 

De : Flückiger Hubert

Cher Jean-Pierre,
Il y a des jours qui ne devraient pas exister...

Quelles tristes nouvelles ces derniers jours, quelle tristesse .... quels malheurs ... 
Toi d’abord, tu n’as pas eu de chance avec tes problèmes cardiaques, j’espère que tu es en de bonnes mains,
que tu vas bien et que ta santé s’améliore de jours en jours. Courage, cramponne toi. J’espère que tu es sorti de l’hôpital
et que tu pourra te reposer et reprendre des forces.

De plus, André est parti, c’est vraiment trop tôt, avec tout ce qu’il nous a faire vivre, chanter et danser, que c’est triste.
On aurait aimé qu’il vive éternellement, avec toutes ses idées, son enthousiasme, sa joie de vivre et son amitié,
c’était un tout grand MONSIEUR. Mais voilà, on a pas le choix, on devra bien s’y faire...

La vie n’est vraiment pas rigolote.
Merci pour tout ce que tu as déjà fait pour notre accordéoniste. Chapeau , quel beau travail
Cher Jean-Pierre, je te souhaite un bel été quand même, ainsi que beaucoup de courage pour remonter la pente. Cordiales salutations.

 

De : Eraldo CASADEÏ

André vient de disparaître….personne ne le remplacera !
J’ai eu la chance de le côtoyer pendant plus de 30 ans,  et je veux rendre hommage à ses qualités tant humaines que professionnelles.
D’abord, il a innové en changeant totalement le style scénique des accordéonistes, animant avec un dynamisme toujours plus énergique les bals, les galas, inspirant l’enthousiasme de spectateurs de plus en plus nombreux, et l’admiration de tous ses fans.
Ensuite, il s’est entouré d’ une équipe solide, de musiciens, chanteurs, animateurs et techniciens qu’il a embarquée avec lui, dans un tourbillon de joie.
C’est le souvenir principal de cette période de ma vie : beaucoup de joie, à être sur scène !
Responsable de l’animation, il m’a donné carte blanche, et m’a toujours suivi pour le déroulement des spectacles.
Dans le privé, pas toujours facile, mais fidèle à sa parole et à l’amitié, aimant être respecté, mais respectant les autres.
Difficile en quelques lignes d’évoquer 3 décennies, les souvenirs sont trop nombreux.
Eraldo, animateur, pianiste, trombone.

 

De : Thomas CHEDAL BORNU

Coucou Jean-Pierre,
Me voilà Gare Montparnasse direction la Bretagne pour aller voir ma mère quelques jours...
Dès que je rentre, je t'envoie le pdf sur mon travail de Galliano
Voilà le petit mot que je voudrais te transmettre à la mémoire de Monsieur Verchuren :
Je me souviendrai toute ma vie de cette merveilleuse soirée passée en compagnie de Louisette et du Très Grand André Verchuren le 19 Decembre 2012 grâce à Bernard Carrier ( grand ami qui connait et admire le maestro). J'ai été reçu si chaleureusement: Merci Louisette pour votre formidable accueil, je pense bien à vous. Quelle chance pour moi d'avoir pu jouer avec Monsieur Verchuren, je n'oublierai jamais un moment particulièrement émouvant dans La Paloma ... Sa musique continuera toujours de donner de la joie de vivre aux danseurs et amoureux de l'accordéon ...
Voilà, bonne journée Jean Pierre.
Je t'embrasse bien chaleureusement. Thomas

 

De : Michel Jouvien

de retour du tour de france;je tenais a presenter tout mon soutien a la famille ;a louisette,a juju,a harry et vous jean pierre.j habite a caumont l evente;pres du molay littry en normandie.ce 10 juillet,j ai eu une pensee pour andre des le matin lors de l etape avranches;;;;;le mont st michel,notre ami jean dauvin ,le regional de l etape,animait place patton et michel pruvot sur la route.avranches ou j etais present lors de l expo.un grand monsieur nous a quitte,bravo pour sa carriere musical et toutes ses oeuvres que je continuerais a ecouter

 

De : Anne-Marie ROMAND

Je vous présente mes sincères condoléances. Je crois me souvenir que vous étiez très attaché à lui.
Bon courage.  Anne-Marie ROMAND

 

 

De : André Clare

Bonjour Jean-Pierre Marie,
A toute la Famille "André Verchuren" et Louisette !
Il n'est pas de mots assez grands pour exprimer notre profonde émotion, aussi nous disons simplement qu'à
votre chagrin nous compatissons.
Christiane et André vous prient de bien vouloir accepter leurs respectueuses condoléances.
Voilà plus de quarante années de souvenirs et pour nous les plus récentes, le Zenith à Paris et un thé dansant à
Puylevêque dans le Lot il y a deux ans ou j'ai pris une photo avec André.
Il nous reste, à tous de continuer à faire vivre l'énorme Patrimoine Musical qu'il nous laisse !
Complicité Musette
Christiane et André

 

De : CLAUDE COTTIER

DEPUIS DE NOMBREUSES ANNEE JE SUIS AVEC MA FEMME ANDRE VERCHUREN .
 MALHEUREUSEMENT MA FEMME ATTEINTE D’UN CANCER NOUS N’AVONS PU ALLER A LA CEREMONIE A CHANTILLY. CONDOLEANCES SINCERE A TOUTE SA FAMILLE. CLAUDE ET CLAUDINE COTTIER.

 

De : pascal bouchat

au revoir André , homme de grand cœur , accordéoniste de talent , je me souviens d'un concours ou tu étais je crois me souvenir dans le jury , sur paris , j' étais très jeune a l’époque , et tu m' avais apporté un petit banc pour que mes pieds , soient plus haut , pour être a l' aise , pour jouer mon morceaux imposé . condoléance a ta famille , amis , proches et accordéonistes de la France entière
pascal bouchat
éleve de l' école d' accordéon de madame cottel de Givet dans les Ardennes

 

De : André PREAU

Bonjour,
Nous avons perdu un grand accordéoniste. Mon bon père que j'aimais beaucoup nous a quitté lui aussi à l'age 79 ans.
Il adorait l'accordéon tous les dimanches matin jusqu'à midi et après il venait mangé.  Nous avons respecté ses volontées.
Meme musique tristesse et bien d'autres
Je pense si il serait avec nous aujourd'hui il lui aurait fait un dernier hommage.
Mais malheureusement la vie n'est pas facile aujourd'hui.
Bon courage il nous manquera beaucoup comme plein d'autres
Cordialement

 

De : Jonathan Hangard

Bonsoir,Etant grand fan d’accordéon et de Mr Verchuren et artiste amateur, je suis très attrister par son décés depuis mercredi 10 juillet.
Je souhaiterai mettre des chansons de ce grand artiste sur mon site perso, puis-je ?

 

De : Ludovic TISSIER

Avec notre plus beau souvenir avec Monsieur André Verchuren, son épouse et Robert Lafont
Le jeudi 19 Octobre 2006 A Taissy ( Reims ), nous l'avons accompagné musicalement et passé la soirée ensemble
Au restaurant. Quel grand moment de partage et de bonheur ... Musiqu'calmant
Un grand Merci Monsieur Verchuren
Ludovic & Maryline Tissier

 

De : Nicole Viard Martinez

j’ai eu l’occasion de cotoyer Mr André VERCHUREN, car j’ai habité l’Oise, notamment Chantilly pendant 30 ans et je me souviens de sa gentillesse malgré sa notoriété et surtout j’ai été “bercée” dans mon enfance par sa musique : mon grand’père étant très fan ; je possède d’ailleurs quelques disques que je conserverai précieusement. Je pense à son entourage dans ces tristes moments. PS je tiens à garder l’anonymat sur internet mais je tenais à vous faire part de mon émotion

 

De : Paul Girard

Je tenais à exprimer mon émotion à l'annonce du décès de Monsieur André VERCHUREN. C'était un grand Monsieur. Accordéonniste, j'ai eu l'occasion à maintes reprises de jouer en 1ère partie des galas où il passait en vedette, dans les années 60-70 à ST HILAIRE DES LOGES en Vendée. Je ne manquais pas d'aller le voir lorsque je le pouvais lorsqu'il était sur ma région.  La dernière fois que je l'ai vu jouer c'était à CHOLET (49). Il avait toujour un doigté remarquable, malgré ses 90 ans.
J'anime toujours des bals et pour le 14 juillet j'ai joué les fiancés d'Auvergne et la Saint Hubert. Moment fort à la fin, les spectateurs se sont levés et applaudi. Beaucoup d'émotion pour eux mais aussi pour moi.
Mes sincères condoléances à ses fils, sa famille et ses proches.
Paul GIRARD

 

De : Cany Anita

Recevez nos sincères condoléances à la famille ainsi qu'à Louisette et André Junior et Harry Williams, nos pensées seront avec vous tout le long des obsèques, j'ai eu la chance de rencontré André il était un excellent accordéoniste.
Bien amicalement.
Mme Anita Cany

 

De : Micheline Laurent

Bonsoir Jean-Pierre
Je suis bien triste de ne pouvoir accompagner notre André à sa dernière demeure.
J'étais pourtant bien décidée à faire le voyage aller et retour pour le mieux ,afin de ne pas
laisser ma mère seule trop longtemps. Mais voila ,train complet ,seul un qui me laisse 4h à Gouvieux.
C'est vraiment trop juste ,et pas certaine d'avoir de la place à Monparnasse pour le retour !
Je sais qu'il y aura assez de monde pour lui dire au revoir ,vous me raconterez quand vous aurez un peu de temps
Si des roses ou autres fleurs sont distribuées ,pour les déposer sur le cercueil ,prenez en une pour moi , si possible.
Chaque année pour son anniversaire ,je lui envoie une carte et un beau bouquet de fleurs avec des roses  ,et là je ne peu même pas .
Je n'oublie pas Louisette non plus pour le sien Je suis comme ça ,ça part du coeur !
Cher Jean-Pierre ,accompagnez bien notre André avec tous les amis qui serons venu
Je vous embrasse

 

De : Bernard Carrier

''Un très grand monsieur s'en est allé, il n'était hélas pas éternel, mais sa musique restera toujours car elle, heureusement, est éternelle. Merci très cher André pour le bonheur que vous nous avez toujours donné.''

Bernard Carrier

 

De : Bernard et Thierry

je suis un inconditionnel fan d’André Verchuren  et j’ai été très ému le 10 juillet en apprenant le décès d’André Verchuren car c’etait un grand monsieur qui a su donner se lettres de noblesses a l’accordéon.Si j’ai appris  a jouer de l’accordéon c’est grâce a lui c’est un jour que je l’ait découvert dans l’émission de Jacques Martin qui s’appelait l’école des fans dont il était souvent l’invité d’honneur . Que de chansons il a écrit et de si jolies musique qui resteront  gravée dans nos mémoires   nous n’oublieront pas: le tango nous invite,le petit chapeau tyrolien,de la valse dans ma musette et bien d’autres encore que j’en passes et des meilleurs.Et surtout n’oublions pas l’incontournable les fiancées d’auvergne qui il faut bien le dire a vendu plus de disques qu’il y’a d’auvergnats. Merci du fond du cœur Monsieur Verchuren pour avoir si bien joué de l’accordéon et fait danser des milliers de gens .

 

De : Micheline Laurent

Notre cher André nous a quitté,pour un repos bien mérité.
Il a fait tant de km pour nous faire danser ! ,Tant de galas pour notre plaisir !.
Je l'ai connu dans ma petite jeunesse ,en 1958 ,la vie a fait que je l'ai un peu perdu de vue.
Je l'ai revu quelques années plus tard ,tout aussi dynamique ,avec toujours cette virtuosité qui lui est propre ,
Cet immense talent inégalé ,et tellement disponible pour tous ses admirateurs ,en fin de spectacle ,chose rare de nos jours
Pour ses 90 Ans ,il a tenu la scène en grand professionnel ,jouant encore debout ,retrouvant toute son énergie
On le pensait Éternel !!il va beaucoup manquer à tous.
Il revivra à travers disques ,vidéos ,photos ...je ne l'oublierai jamais
Merci Monsieur Verchuren pour tout ce que vous avez apporté dans nos vies,  vous resterez le "Roi de L'accordéon"
Mes sincères condoléances à toutes la famille

 

De : Richard Jaspinski

Bonjour Jean-Pierre,
En complément du message spontané que je t'ai envoyé dès que j'ai eu connaissance du départ d'André mercredi soir.
Il nous a quitté notre grand Dédé !
Il est parti rejoindre le paradis des artistes et des grands, Aimable, Muréna, Prud'homme et tous les autres.
Mais il va nous manquer, lui qui a donné envie à nombre d'entre nous de jouer de ce superbe instrument qu'est l'accordéon et bien souvent de monter sur les planches et fonder un orchestre, ce qui fut mon cas.
Un livre sur l'histoire musicale de ma région raconte mon histoire, avec un hommage à André : " Fugues Musicales en Gâtinais ".
Un extrait qui me concerne sur le site que j'ai consacré à l'écrivain (avec la photo de l'orchestre) :
" Daniel Plaisance - Fugues Musicales en Gâtinais ".
 Il suffit de cliquer sur ce lien :  http://ricjasforetmontargis.wifeo.com/daniel-plaisance-fugues-musicales-en-gatinais-editions-de-lecluse.php
Merci André !
Quand je me suis marié tu as eu la délicatesse de m'adresser un télégramme avec tes félicitations.
Toutes mes condoléances à la famille d'André et en particulier à Harry Williams que j'ai eu l'occasion de croiser lors de mes pérégrinations musicales (par exemple, chez Georges et Thérèse Garreau, balistes à Courtenay).
Le monde des musiciens - tous les musiciens - est bien triste.
Richard JASINSKI

 

De : Colin Michel

Salut mon J-P, je suis triste de ne pouvoir venir aux obsèques d'André car je n'ai personne pour m'emmener, demain à l'heure de la cérémonie, je pleurerai dans un coins de chez moi. Je t'envois un petit texte de moi que j'ai écris avec émotion, tu voudras bien le mètres sur ton site à toi et la revue Accordéon, accordéonistes s'il te plais, merci d'avance et à bientôt le plaisir de se revoir, bisou à toi Jean Pierre....

L'accordéoneu s'en est allé....
L'interprète des Fiancés d'Auvergne à tiré sa révérence à 92 ans après avoir mené le bal jusqu'au bout de sa vie.
André Verchuren né le 28 decembre 1920 à Neuilly-sous-Clermont (Oise) donnera son premier bal à l'age de 6 ans au côté de son père. A 14 ans, il deviendra champion du monde, le jeune prodige se produit avec son père dans le Nord et la Picardie.
     Après la guerre, il sillonnera la France entière, donnant 150 galas par an, " Les bals, la musique, la route, c'est ma drogue à moi disait-il ".
Sept millions de kilomètres parcourus en voiture, un million en avion, soixante millions de disques vendus, il a fait danser dix-sept millions de couples à travres le monde. En 2007, il fêtait triomphalement ses 80 ans de scène à l'Olympia. C'est un peu un bout d'une France d'un autre temps, d'un autre siècle qui part avec lui, celle des grands bals populaires, des fêtes nationales qui rassemblaient des milliers de personnes, par ses galas, il a formé des couples, il aura composé un millier de chanson.
C'était une bête de scène, il restera à jamais le maitre incontesté de l'accordéon, sa boite à frisson comme il disait si bien.
Désormé, il est partis rejoindre Aimable et bien d'autres là-haut, au paradis des musiciens, ils ne vont pas s'ennuyer, ça va guincher.
Au revoir Dédé la romance, au revoir l'artiste, au revoir l'ami, tu vas beaucoup nous manquer, tu as quitté ton chère pays mais tu as laissé ton coeur...
Maintenant, tu est entré dans la légende du piano à bretelle, je ne t'oublierai jamais, maintenant, il me reste à pleurer, pleurer, pleurer...
Salut mon Dédé...
Michel COLIN

 

De : J-M Van Wambeke


Jean-Marie et Jeanne-Marie (du Nord) vous prient d'accepter leurs plus sincères condoléances , ainsi qu'à Louisette, André Junior , Harry Williams et toute la Famille ,en cette période de grand deuil , et vous assurent de leur profonde sympathie.
Nous gardons d'André Verchuren d'excellents souvenirs et de grands moments festifs de concerts  , c'était vraiment le ROI de l'Accordéon !
Bien amicalement

 

De : Didier Renard

C'est avec une grande tristesse, que nous apprenons le décès d'André Verchuren, Toutes nos pensées en ces moments difficiles pour Louisette,qui s'est beaucoup occupé d'André,dans les bons et les mauvais jours. Une pensée également pour son fidéle guitariste Robert Lafont qui est resté à ses cotés plus de 30 ans et jusqu'a son dernier gala! Je n'oublierais jamais ce grand monsieur de L'accordéon, un homme chaleureux et agréable qui ne vivais que pour son métier. Combien d'heures sur scéne?...Combien de fois à-t-il ouvert et fermer l'accordéon?....Combien de notes jouées?....Et quand il était scéne, comme au premier jour il s'amusait, il jouait, dansait, chantait sans jamais fatiguer! Du coup on le croyait immortel. Ceux qui non jamais eu la chance de le voir en spectacle ne peuvent s'imaginer toute l'energie et le dynamisme qu'il donnait. Ce style d'accordéoniste va beaucoup manquer. "Verchu" était unique, jamais personne ne pourra l'égalé même si certain le prétente.
J'invite chacun à réecouter sa discographie...Voyez comme il jouait à ses débuts! Sans parler de sa longue carriére. Je souhaite qu'on ne l'oublie pas, mais je suis certain que grace à Jean Pierre Marie et tous ses fans notre ami André restera bien vivant! Une pensée ausi pour Monsieur Jean Pierre Marie son plus grand fan qui doit être bien triste en ce moment.....Les médias Belges ont également rendu un bel hommage à André..........DIDIER RENARD fan Belges

 

De : ginette balussaud

C'est avec une grande peine que nous avons appris le décès d'André Verchuren. C'était un grand homme qui nous paraissait immortel. J'espère bien qu'un grand hommage lui sera rendu à la télévision, il le mérite bien. Nous sommes fans depuis notre petite jeunesse, nous avons maintenant 65 et 66 ans et nous écoutons André verchuren quasiment tous les jours depuis des années. Je n'ai jamais raté un bal animé par ce grand accordéoniste qu'il était et surtout inégalable et ce depuis l'âge de 18 ans ( avant, j'étais trop jeune pour sortir) à Montargis et Bellegarde dans le loiret.
Merci à ce grand artiste et grand homme pour la joie qu'il nous a donnée et qu'il nous donne encore.
Nous ne l'oublierons jamais.
Sincères condoléances à sa famille.

 

De : Harduin Jean

ET OUI JE ME SOUVIENS !! C’ETAIT AU MOIS DE FEVRIER 2001 A LE PORTEL DANS LE PAS-DE-CALAIS, AU COURS D’UN SUPER THE DANSANT, ANDRE ETAIT AVEC SON SUPER ORCHESTRE, TOUJOURS D’UNE SIMPLICITE EXEMPLAIRE ET D’UN COURAGE EXTRAORDINAIRE SUR SCENE.
ET OUI L’AMI, REPOSE AU PARADIS DES ARTISTES COMME TU LE MERITE.
JE NE T’OUBLIERAI JAMAIS,
TON AMI JEAN HARDUIN

 

De : Marcadet Raymond

Samedi soir à St Martin de Connée en Mayenne lors du bal de la fête communale, j'ai fait un hommage à André avec 2 photos sur la scène et avec mon orchestre en entrée j'ai joué "Les Fiancés d'Auvergne". Tout le monde était silencieux et sur les  dernières notes le public  s'est levé et a applaudi. Je suis sür que notre Dédé  a entendu son grand succès.
Respect et encore condoléances à sa famille

 

 

De : Daniel Dolley

Je connais André Verchuren depuis de nombreuses années. J'ai travaillé avec lui. J'ai donc eu l'occasion de le côtoyer à de multiples occasions tant professionnelles que privées. Ce fût toujours des moments de plaisir.
Notre dernière rencontre, il y a un mois à peine, une soirée de pur bonheur.
De ce monstre sacré, je garde l'image et le souvenir d'un homme courageux et attachant, parfois exigeant avec les autres mais il l'était tant avec lui même.
La musique et l'accordéon perdent un grand serviteur, le public perd celui qui restera à jamais 'le roi du bal populaire' ses amis et accordéonistes perdent un maître et un modèle.

 

De : Jean Dauvin

Comme la plupart des accordéonistes j'ai également rendu hommage à André en ouvrant le bal du 14 juillet à Ver sur mer avec un meddley de ses plus grands succès. Respectons le deuil qui ne doit pas se transformer en publicité pour opportunistes. Recueillons nous mercredi à Chantilly dans la dignité avec le plus grand respect pour lui et sa famille.

 

De : PATRICK BOISSEL

Impossible d'oublier l'homme, je suis comme un orphelin  !
Première rencontre en 1957 a villers en vexin depuis je n'ai cessé de suivre l'artiste ,etrepagny,la neuville chant d'oisel,
totes ,evreux, etc... Il se produisait beaucoup en normande.
Deux  grands souvenir  , st raphael et juan les pins ou il aimait se revitaliser.
J 'étais fasciné de le voir sur scène , le meilleur que j'ai connu.
Impartial , il était toujours attaché a son public plein de complicité, présent, souriant, généreux
L'
'homme qui s'accrocher a la vie, malgré tous ces malheurs, la guerre, la paralysie faciale a sancerre, l'accident,
il savait rebondir de cet éprouvant destin.
merci  Andre de m'avoir toujours accordé ta fidélité et ta gentilesse.
A toute la famille et sa compagne, j'adresse mes sincères condoléances

 

De : Rolande Cuisance

Notre coeur est gros. Toute notre amitié à toute la famille

 

 

De : Christophe Trémeray

En cette période estivale, le soleil brille moins fort. André Verchuren,
un géant de l'accordéon, nous a quittés. Combien sommes-nous, parmi les
accordéonistes, a avoir eu envie de pratiquer l'accordéon après l'avoir
entendu et vu jouer ? Un nombre impressionnant ! Chapeau l'artiste !
Vous méritez d'entrer au ''Panthéon des Musiciens''.
Toutes mes condoléances à la famille.
Christophe TREMERAY

 


De :
Manu MAUGAIN

André Verchuren, c'est l'accordéoniste, c'est le compositeur, c'est l'homme généreux ; André, c'est beaucoup de choses pour moi. A 10 ans, c'est d'abord celui qui m'a donné l'envie de jouer lorsque j'écoutais en boucle les 33 tours de mes parents en prenant un cousin de la banquette pour faire semblant de jouer de l'accordéon. A 15 ans, je le rencontre pour la première fois à Pontarlier à l'occasion d'un thé-dansant, il me fait monter sur scène avec son fils André junior et nous jouons tous les trois Un p'tit brin d'musette. Puis, à mon tour je joue dans les galas avec Les félés de l'Accordéon sur l'égide de Claude Geney, puis avec les petits prodiges et génération 2000 suivit par Maurice LARCANGE et dans les galas, je croise André. Sa femme Louisette est toujours là dans son beau manteau de fourrure, douce et gentille. André me raconte comme il sait le faire 1000 anecdotes. Lors d'un gala à Crans-Montana, nous jouons ensemble dans un parc pour la télévision Suisse Les fiancées d'Auvergne. A ma gauche il y a André, à ma droite il y a Louis Corchia puis Aimable et tout le monde connait le morceau ; évidemment c'est le grand succès de André... Qui ne connait pas ! Puis en 2013, Louisette et André nous invite Baptiste et moi à Chantilly, un week-end, quel bonheur ce fut. La générosité, la gentillesse, les anecdotes, toutes les qualités que André a eu toute sa vie sont intactes, mais ce n'est pas tout, à 92 ans, sa virtuosité est toujours là. C'est bien lui le roi de l'accordéon ! Voici autant de raison pour lesquelles de retour de Chantilly, j'ai pris rendez-vous au studio Eric BOUVELLE et j'ai enregistré un compact-disc intégralement composé des tubes de André VERCHUREN. Merci André pour ce que tu m'as apporté et tout ce que tu as apporté à des millions de personnes, tu es éternel... Manu MAUGAIN

 

De : laurence dufour

Bonjour,
en hommage a André Verchuren très bon accordéoniste toute ma sympathie et mes sincère condoléances a sa famille.
Uune fan d’André sur qui j'ai bien dansé  
il nous manqueras le roi du bal musette.

 

De :Joël RIGOUT

Jean- Pierre, depuis Mercredi soir 22 h, je suis orphelin, le 10 Juillet 2013 n'aurait jamais dû exister

 

De : Ginette Balusaud

Bonjour
C’est avec une grande  peine que nous avons appris le décès d’André Verchuren. C’était un grand homme qui nous paraissait immortel. J’espère bien qu’un grand hommage lui sera rendu à la télévison, il le mérite bien. Nous sommes fans depuis notre petite jeunesse, nous avons maintenant 65 et 66 ans et nous écoutons André Verchuren quasiment tous les jours depuis des années. Je n’est jamais raté un bal animé par se grand accordéoniste depuis l’âge de 18 ans ( avant, j’étais trop jeune pour sortir ) à Montargis et à Belgarde dans le loiret.
Merci à ce grand artiste et grand homme pour la joie qu’il m’adonnée et me donne encore en l’écoutant
 .
Sincères condoléances à sa famille

 

De : Gerard DUTOUR

C'est avec peine que j'ai appris la disparition de ce grand monsieur de l'accordéon.
Je n'oublierai jamais ses galas dans le département de l'Indre ,ausquels j'ai assisté avec un immense plaisir, étant un fan.
Je voudrais transmettre mes condoléances à sa famille, notamment ses deux fils ainsi que sa compagne.
Après avoir égayé bon nombre de danseurs en France, même hors de nos frontière
,que notre Dédé dorme éternellement en paix.
Un salut très respectueux à l'Artiste.
Un fan.   Gérard Dutour 

 

De : Jean-Marc Barthélémy

Même si nous n’avons fait qu’un tout petit bout de chemin ensemble, je garderai un souvenir inoubliable de cette rencontre provoquée par son ancienne Peugeot 403. Chapeau et salut l’artiste.
A ses proches et à sa famille, je présente mes très sincères condoléances

 

De : Michel Launay

Si aujourd'hui j'ai 62 ans , toute mon enfance à été bercé par l'accordéon . Le dimanche , notre père sortait son electrophone dont il était fier , sortait ses 33 tours qu'il bichonnait ,  et du haut parleur intégré , on écoutait toute la magie des accordéonistes :emile  prud'homme, jean ségurel ,edouard  duleu, yvette horner .....et bien sur l'négalable andré verchuren ! même si ma musique  aujourd'hui est porté sur la guitare et la musique bluesy ,  grace à mon pére j'avais aimé l'accordéon  et j'ai encore beaucoup de plaisir d'écouter ses titres de légende que sont les triolets,perles de cristal ,la saint hubert ... monsieur verchuren vous etiez un grand monsieur de l' accordéon ! RESPECT !!!!

 

De : Mme Legrand Bougamha

Monsieur Jean Pierre Marie,
Je me permets de vous envoyer ce petit mot de la part d'une amie qui habite la Normandie.
Les grandes Ventes très exactement, ses parents étaient propriétaires du Cadet Roussel, (si vous êtiez très proche d'André Verchuren, vous avez du en entendre parlé.... )Je ne vous en dis pas plus, je laisse la charme des souvenirs à Sylvie...
Elle aimerai faire un mot à sa famille qu'elle a bien connu, mais ne s'est pas ou elle peut l'adresser, comme elle n'a pas internet.
Je vous laisse son numéro de téléphone si vous pouviez lui donner cette information.
Je sers simplement de "lien", elle m'a simplement dit qu'elle aimerai envoyé un mot et comme vous semblez la personne adéquat, c'est pourquoi je vous contacte.
Vous remerciant par avance, Cordialement Mme Legrand Bougamha
PS : Pour a part André Verchuren à bercer mon enfance grâce à ma mère, c'est par lui que j'ai découvert l'accordéon et ses jolis bals musette.

 

De : Bruno HILLOU

Sincères condoléances à toute votre famille.
Une star  nous quitte.

 

De : Jean Pierre HURIER

Je suis de tout coeur avec sa famille pour affronter ces durs moments
je me présente  Jean pierre  HURIER né le 22 octobre 1945 à Montataire , Mon père Marcel est né le 15 décembre 1919 , a bien connu André ils étaient à l'école ensemble à creil, d'après lui . Mon père est décédé en juin 2000.
Mes grands parents sont entérrés  à montataire et oncle et Tante à Fleurines.
J'ai toujours une cousine et cousin à Creil qui ont habités Rue Jean Jaurès.
Tout ceçi pour vous dire que je suis toujours attaché à mes raçines de l'Oise et je regrette de n'avoir pas eu l'occasion de le formuler auprès de André.
Toutes mes condoléances à la famille et amis sans oublier Mireille sa secrétaire



De : Catherine Lapôtre

Cher Jean-Pierre,
Je viens d'apprendre la disparition de notre ami André et cela m'attriste beaucoup. C'est curieux mais précisément j'ai pensé très fort à Lui mercredi... comme s'il me disait au revoir.
Sa rencontre à l'inauguration du square "Yvette Horner" à Nogent il y a quelques années, m'avait émue. Il m'a présenté son fils Harry en m'expliquant pourquoi il lui avait donné ce nom (en faisant référence à l'aviateur abrité pendant la guerre)... . Mais c'est aussi à cette occasion que j'ai fait votre connaissance et que vous m'avez confié votre immense attachement à André Verchuren et à sa carrière.
Très Cordialement, Catherine Lapôtre

 

De : Jean-Marie Mahin

merci André on chante et danse tous les soirs et nuit sur les aires de ( Verchuren )

 

De : Lhommeau Bernard

Salut l'artiste !

 

De : Pierre François Orenga De Gaffory

Salut l'ami ça fait très lontemps San nouvelle cincere condoleance un grand monsieur s'en va... à bientôt !
 PF Orenga artiste peintre

 

De : Gérard Lamolere

Salut J-Pierre,
Notre cher André est parti bien brutalement, ..... on le croyait immortel.
Si "les fans" font une gerbe ou une plaque, me prévenir pour la participation.
J'ai envoyé une carte à la famille.
Bien amicalement, Gérard

 

De : sveto

Cher ami,
Notre ami Verchuren - est parti ! Je sais, tu es triste, moi aussi !
Une pensée amicale avec mes condoléances !
  Bien cordialement !   Sveto

 

De : François Gilbert

De la part de la rédaction des Routiers et de l'ensemble de ses sites Internet
Cordialement François Gilbert

 

De : Thierry de Saulieu

Et voila notre ami est parti. Bien amicalement a VS . Thierry de SAULIEU

 

De : Jean-Francois Guidez

Nous avons eu le privilège de rencontrer ce grand homme, car nous habitons le Pas de Calais et André Verchuren était très ami avec un maire des environs qui nous le fit le rencontrer mais, pour ma part, je le connaissais car il fit, avec ses amis accordéonistes, les grands soirs de notre village,et ce, chaque année . La dernière fois que nous le vîmes, c'est à Amiens, en 2009 et j'avais eu la chance de ressasser avec lui quelques souvenirs.
Nous présentons à son épouse et ses enfants, nos sincères condoléances et l'assurance que nous garderons de lui, le souvenir d'un grand Monsieur, très à l'écoute de ses fans , malgré sa notoriété.
Il nous restera ses disques. Marie-Josée & Jean-François

 

De : Nicolas Grandfils

Jean-Pierre bonjour, hier soir j'ai appris la triste nouvelle que notre André était parti au ciel.
Cette nuit j'ai pas dormi, j'ai le moral à zéro d'avoir perdu mon idole.
Voici un petit message de Robert qui a parlé ce matin sur RTL, je l'ai récupéré le voici. Bises j'attends de tes nouvelles
Nicolas Grandfils

 

De : Sylvie SABRI

Toutes mes condoléances pour la disparition de ce grand homme qui faisait corps avec son accordéon. Mon papa mort à l'âge de 60 ans en 1989 a beaucoup danser sur sa musique. la dernière fois qu'il a pu danser c'était en 1982 à mon mariage et ce fut sur une valse d'André Verchuren.
Il fait parti de la vie de beaucoup de français.
En 1983 quand je suis partie de Paris un cafetier auvergnat a fermé son café pour moi pour fêter mon départ et a sorti son accordéon, il a joué du André Verchuren et du Jean Ségurel, les références en matière d'accordéon en France avec notre Yvette nationale.
Merci de ce site que vous avez créer autour de sa vie. C'est un plaisir de le voir vivre au travers de ces pages. Merci
Amitiés et condoléances pour cet homme qui restera toujours vivant dans nos coeurs
Sylvie Coulaud Sabri

 

De : Michelle Tirone

j'apprends à l'instant la mort d'André Verchuren et même si je ne suis pas une fan d'accordéon, j'ai été bercée par sa musique depuis mon enfance.
Chez nous dans le Limousin, André était très populaire.
Veuillez retransmettre mes condoléances à sa famille. Nous perdons un grand monsieur.
Michelle

 

De : Anne_Marie ROMAND

Je vous présente mes sincères condoléances. Je crois me souvenir que vous étiez très attaché à lui.
Bon courage

 

De : gismau

A l' attention de la famille Verchuren
Je viens prèsenté mes condoleances à ses enfants. Je connais Haris car il était venu  faire un gala dans les Alpes de Haute Provence, je m'étais régaler. Pourtant je suis né en 60 mais j'adore l'accordéon j'en écoute tous les jours soit sur CD où sur une radio qui se prénome "Radio bonheur" qui en passe tous les jours, comme disais un des mes anciens l'Accordéon" réveille les morts".
Je suis vraiment triste de son décés.
Encore toutes mes condoléances,à la famille

 

De : Vivien Christian

Bonsoir Jean-Pierre,
Je viens d'apprendre à l'instant la nouvelle; ça va être un énorme vide pour tous les accordéonistes de mon âge.
Je te demande de bien vouloir transmettre toutes mes condoléances à sa famille et
sache que je suis vraiment dans la peine ce soir.
Je l'ai connu par mon professeur Alphonse Magnier en 1960 j' avais 13ans.
De tout coeur avec toi, très amicalement.Christian

 

De : Richard JASINSKI

Bonsoir Jean-Pierre,
Je viens à l'instant de visiter ton site.
Je pense que tu es au courant que notre ami Dédé nous a quitté ce soir.
Quelle tristesse !
C'est lui qui m'a donné envie de faire de l'accordéon et de monter un orchestre.
Amicalement, Richard

 

De : RANGER Pauline

Bonsoir,
Nous venons d’apprendre la mort d’André Verchuren. Pourriez-vous lui rendre hommage sur notre antenne ?
Merci, Pauline RANGER - BFMTV

 

De : Marcadet Raymond

Cher Monsieur,
C'est avec une grande tristesse que j'apprends ce soir le décès de notre cher André. Lui qui m'a tant apporté de joie et de bonheur depuis les années 60 et qui m'a redonné la joie de vivre à un moment ou j'avais des problèmes de santé. J'ai joué de l'accordéon à plusieurs reprises lors de ses galas avec son orchestre étant moi-même musicien.
Je continurais à jouer ses plus grands succès lors de mes soirées afin que tout le monde se souvienne d'un homme au grand coeur qui a su nous donner beaucoup de  joie et  bonheur.
Condoléances à sa famille
Un fan Raymond MARCADET

 

De : Annie DREVET

Notre Dédé s'est éteint ce soir ...

Des années ont passé depuis ce premier soir
Où pour la première fois j'ai pu enfin le voir.
Il était tout près et j'étais très émue.
Je l'admirais déjà, sans jamais l'avoir vu.

Voilà déjà quinze ans, et je le vois encore.
Jamais une passion ne m'a tenue si fort.
Je la dois avant tout à son accordéon
Créateur entre nous d'une tendre affection.

Aujourd'hui je mesure le chemin parcouru;
On me l'aurait prédit, je n'y aurais pas cru.
Je n'aurais pas songer le voir autant de fois.
Le destin l'a permis et m'a comblée de joie.

J'espère en profiter encore quelques années,
Car, que deviendrons nous sans notre ami André ?
Il faudrait qu'une fée nous le rende immortel
Pour qu'il joue à jamais du piano à bretelles.

15.08.1990

 

De : Christiane Pauvre

Chére famille d'ANDRE
C'est d'une trés grande tristesse que nous apprenons la disparition brutal de notre grand accordéoniste, au talent inégalé.
Que de bonnes soirées passées a ses cotés, a la nuit du rail a TROYES, chaque années, nous étions a ses cotés, ainsi qu'avec l'ensemble de l'orchestre, nous étions devenus  de tres bons amis, méme ma soeur avait été invitée, chez lui, dans sa maison de CHANTILLY...
Un homme simple, et d'une immense gentillesse;
Sa vie n'a pas toujours été simple, il a connue les moments les plus durs de sa vie.. LA GUERRE.., Il a su avec courage aprés ses années de souffrances a DACHAU, revivre comme tout le monde, il a su donner du bonheur a la terre entiere, et faire chanter les coeurs du mieux possible.
Le talent, la joie, la bonne humeur, ect ect il en avait a revendre...
BRAVO ANDRE, tu nous manques déja, et nos coeurs pleurent de douleurs...
REPOSE en paix, avec tout le respect que nous te devons..
Recevez tres chére famille D'ANDRE, nos plus sincéres condoléances attristées.

 

De : Reine DENHEZ

C’est une grande tristesse, un Grand Monsieur qui nous quittes, je pense à ses deux fils eux aussi accordéonistes, ainsi qu’à sa famille et à tous Ceux qui l’entouraient . il va nous manquer.
Ce matin je l’ai écouté, au petit déjeuné, que je n’ai pu finir, trop de peine.
Respect et sincères condoléances a ses fils, sa famille et amis.
Reine DENHEZ

 

De : Michèle Henin

Toute ma sympathie à ce merveilleux musicien, que de bons souvenirs, respect profond.

 

De : Joseph Przybylski

Des million de km des million de disque vendu et de couples dansant a ton rythme
mais tu es le seul au monde qui a chaque galas a pensé aux détenus et a cette affreuse guerre 39 45
merci des million de fois encore pour eux.
aujourd'hui tu n'es plus la alors qui vas pensé a eux et a toi détenus de cette macabre guerre (le monde a oublié le massacre de la seconde guerre mondiale .) a chaque fois que j’écoute tristesse joué par toi je pleure car mon arrière grand père a fais 14 18 et 39 45 .  détenu puis mort à  Auschwitz.
Repose en paix dans ton éternel sommeille. Emmène avec toi ton tallent d'or pour faire danser tes copains détenus et les ames qui te sont chère 
accordialement, 
Sandrine du  lot et Garonne

 

De : Henri GRUET

C'est avec une immense tristesse que nous avons appris le décès d'André Verchuren; il va nous laisser un grand vide ;
mais on oubliera jamais tous ces bons moments que nous avons passé à l'occasion des bals musette qu'il animait avec tant de talent et de gentillesse en Bourgogne  et plus précisément à Autun.Lors de son triste séjour à Dachau; il avait fait la connaissance de mon oncle maurice girardon disparu aujourd'hui; à l'occasion d'un bal nous lui avons demandé de nous dédicasser le livre sur le train de la mort en hommage à maurice et tous les déportés  ce qu'il a fait avec une très grande émotion et nous avons pleuré. Jamais on ne l'oubliera ! Salut l'artiste et repose en paix.marie et henry gruet

 

 
Mes amis,
le 11 juillet 2013, ne fut pas bon. J'étais moi même hospitalisé pour un problème Cardio-Vasculaire.
Avant de descendre au Bloc opératoire, j'entends de l'accordéon, celui de Dédé et je regarde sur l'écran
et à ma stupeur : L'accordéoniste André Verchuren est décédé hier soir à l'âge de 92 ans d'une crise cardiaque.
Pensez le choc...
Il nous a quitté le 10 juillet 2013, son coeur a cessé de battre, lui qui a tant fait battre les nôtres avec sa belle musique.
Voyez comme certaines dates sont coïncidentes, Le 10 juillet 1979 je perdais mon père à l'âge de 54 ans. Il s'appelait André et adorait notre Verchu...
Il faut bien se dire que des personnages tels qu'André Verchuren, ne devraient jamais tirer leur révérence.
Mais malheureusement, ces artistes sont faits comme nous tous et un jour ils s'en vont dans un autre monde.
Il va retrouver son ami Aimable, Emile Prud'homme, Jean Ségurel, André Blot, etc... Ccela va faire un bel orchestre.
Les anges auront bien de la chance, en échange nous il nous reste la tristesse, mais heureusement on pourra toujours
le voir grâce aux vidéos, aux documents de l'INA, l'écouter avec les disques et Cd divers, le voir, avec les photos et
articles de presse que nous possédons les uns et les autres.
Ce mercredi 17 juillet va être bien triste, nous lui dirons un dernier adieu et nous serons très nombreux à le faire.
Mon dédé tu étais grand par la taille bien sur, mais immense par le talent.


j'ai choisi cette photo car elle représente pour moi la joie que j'avais de te rencontrer, de passer d'agréables moments ensemble et de partager de grandes choses : l'amitié, la musique, l'accordéon et ta fidélité en amitié.
Merci André pour tout ce que tu m'as donné et pour ma part, je ne t'oublierai jamais.
Je t'embrasse affectueusement, de tout mon coeur, même si de temps en temps, il s'emballe un peu.
grâce à mon immense collection, tu seras toujours présent.

Encore mille mercis à Louisette de m'avoir permis de passer une grande soirée avec toi, mon épouse, Bernard Carrier à Chantilly le 30 janvier dernier et je la glorifie de s'être si bien occupé de ta superbe personne. Je sais sa grande douleur... Louisette reçois notre amitié.

Je remercie particulièrement Daniel DOLLEY de m'avoir permis de faire deux expositions sur André avec ma collection personnelle à Mortagne au Perche et à Avranches.

Mes remerciements vont aussi à mon grand ami Jean Dauvin pour avoir conduit André à la première exposition
que nous avons parcouru pendant plus d'une heure avec un Verchu... ému et content.
Merci les amis.
Jean Pierre

 

 

Retour au sommaire

SANS MUSIQUE    AVEC MUSIQUE

   Signez notre Livre d'Or !                Ecrivez-moi un petit mot !

Copyright© (tous droits réservés) 2009 - Mentions légales