Hommage à Jean MOULIN

moulincouverture.jpg (13287 octets)

A l'occasion du centenaire de sa naissance, le musicien André Verchuren, déporté de la Résistance et l'auteur compositeur Jo Moutet lui rendent un dernier hommage sur un texte du préfet Louis Amade.

A Jean Moulin

Tant d'années sont passées sur ta vie, sur ta mort
Jean Moulin endormi au Panthéon des hommes
Que je ne sais pourquoi je vais décrire en somme
Ton souvenir dressé mélangé à mon sort

Car je fus parmi ceux auxquels ton lourd message
Fut donné à Grenoble où nous vîmes vivant
Pour la dernière fois ton regard souriant
Puisqu'à un temps de là vint ton extrême page

Dans l'éternité, Jean désormais
Dors en paix

Toi qui fut le héros de l'histoire interdite
Le passionné vainqueur d'une France endormie
Qui pourtant palpitait en suprême défi
Es-tu toujours présent parmi nous dans tes suites

Ce soir je pense à toi moi qui avais vingt ans
Lorsque tu nous appris sans bien te rendre compte
Comment légende naît que plus tard on raconte
Telle qu'elle viendrait des profondeurs du vent

André a 20 ans - 1940
1940 - André a 20 ans

Dans l'éternité, Jean désormais
Dors en paix

Le foulard à ton cou pour masquer la blessure
Est devenu fanion pour tous les jeunes qui
Avaient pris décision de se détruire si
Le combat orgueilleux passait sa démesure

Tant d'amis sont tombés ainsi en cours de route
Amoindris saccagés fusillés sur des murs
Mais les années ont fui et je ne suis plus sûr
De l'accent de leurs voix quand ma mémoire écoute

Dans l'éternité, Jean désormais
Dors en paix

Dors en paix survivant à tes propres brûlures
Jean Moulin éternel parmi nous les mortels
Et que dans nos brouillards parfois ton bout de ciel
Passe exalter nos coeurs malgré les déchirures

Dans l'éternité, Jean désormais
Dors en paix
Dans l'éternité, Jean désormais
Dors en paix

 

 

Retour au sommaire

 

SANS MUSIQUE    AVEC MUSIQUE

   Signez notre Livre d'Or !                Ecrivez-moi un petit mot !

Copyright© (tous droits réservés) 2009 - Mentions légales