Jean Claude ECUER

(Saône & Loire)

 

Je m’appelle Jean Claude ECUER, j’ai 54 ans et c’est avec plaisir que je vous relate quelques souvenirs concernant
ANDRE VERCHUREN.

En 1960, André anime un bal à  Varennes Saint Sauveur, petite localité de Saône et Loire.

J’avais 11 ans et mes parents qui adoraient l’accordéon décident d’aller au bal et de m’y amener.
Voir ANDRE VERCHUREN sur scène était pour moi une grande joie.
André était déjà très populaire en Bresse et Revermont.

Lorsque nous sommes arrivés au bal, il était 21 Heures. J’indiquais à mes parents que j’allais près de la scène.
Vers 22 Heures, André fait son entrée. Je suis figé, quel dynamisme, il enchaîne les morceaux avec  une facilité déconcertante.
C’est lui le patron, le chef d’orchestre, et un super animateur.

Je me souviens à un moment donné très brièvement André à imité Fernand RAYNAUD.
Il y avait une dynamique sur scène, André tout de blanc vêtu et beau garçon de surcroît avait beaucoup d’admiratrices,
certaines n’hésitant pas à me bousculer pour prendre ma place.
André a rayonné toute la soirée jusqu’à 5 heures du matin, impressionnant il avait joué pendant 7 heures durant avec seulement quelques courtes pauses.
Plus tard, je lisais un article où André disait qu’il assimilait ses 7 heures de scène à une étape du Tour de France.
Le public était encore très nombreux à 5 heures du matin, reflet de sa popularité.
Nous prenions le chemin du retour et le lendemain j’annonçais à mes parents:
« Je veux prendre des cours de musique et apprendre l’accordéon ».
Mon grand-père m’achetait mon premier accordéon, je pris des cours et après une interruption de plusieurs années pour raisons professionnelles, j’ai eu l’opportunité à 50 ans de reprendre mes cours et me faire ainsi plaisir.

 

MA GRANDE RENCONTRE AVEC ANDRE.

Au mois de juillet 2003, dans un journal j’apprenais qu’André se produisait le 26 octobre 2003 à 16 heures à PORCIEU
(petite localité située entre BOURGOIN et LYON)

Je retiens deux places immédiatement près de la scène pour le dimanche à 16 heures.


Le grand jour arrive et je prends la précaution d’emmener mon appareil photo.

Mon désir de rencontrer André se fait de plus en plus grand et à 17 heures,
il arrive sur la scène sous des tonnerres d’applaudissements.
43 ans après je le revois sur scène, les larmes me montent aux yeux.

           Toujours aussi "Impérial", il interprète ses morceaux avec un professionnalisme hors du commun à plus de 80 ans.

            J’observe les gens, ils le regardent avec beaucoup d’admiration, j’observe également André VERCHUREN junior qui était aux jeux de lumières, il paraissait très touché par le respect du public pour son père.

Quelques heures après, je me décide timidement à pénétrer dans la loge de mon idole.
Il est là, assis entrain de se désaltérer, il m’accueille un peu surpris mais avec beaucoup de gentillesse.

Ce fut pour moi un grand moment, j’ai eu le temps avant qu’il ne remonte sur scène de lui relater rapidement
ce que je ressens pour lui. Il s’est montré très ému. Il accepte que l’on nous photographie.
J’ai découvert un homme d’une grande gentillesse et d’une simplicité exemplaire.

 

            Pour terminer, je dirai qu’André VERCHUREN est inimitable, incomparable.
IL s’est démarqué par son style, ses variations, sa virtuosité et quand on pense qu’il à connu la déportation,
qu’il a souffert et beaucoup travaillé pour revenir à son meilleur niveau :

« Il mérite le plus grand respect »

Jean Claude

 

Retour au sommaire

 

SANS MUSIQUE    AVEC MUSIQUE

   Signez notre Livre d'Or !                Ecrivez-moi un petit mot !

Copyright© (tous droits réservés) 2009 - Mentions légales